Le VDI : Virtual Desktop Infrastructure

Le principe

 L’idée du VDI est de ne plus installer de systèmes d’exploitation et applications sur les postes de travail. Ils sont virtualisés, et déplacés sur des serveurs(=hyperviseurs), dans le datacenter de l’entreprise. L’utilisateur peut conserver son poste de travail, mais l’intérêt du VDI, est justement de s’en passer, et de le remplacer par exemple par des postes clients légers(thin client : poste de travail fonctionnant en mode client-serveur et qui réunit le minimum technologique pour afficher et exécuter les traitements qui proviennent d’un serveur central= hyperviseur), moins consommateurs d’énergie. Les clients sont alors indépendants de l’infrastructure. Dans une telle solution, le client repose sur des périphériques d’entrées / sorties minimalistes (clavier, écran, souris) et du petit composant logiciel de déport d’affichage (RDP, ICA ou autre), embarquée dans une mémoire flash qui lui permet de se connecter à son poste de travail virtualisé. La durée de vie du client est donc ainsi prolongée car il n’a pas d’éléments mécaniques et magnétiques qui sont la principale cause des défaillances matérielles.

Côté datacenter, dans le mode VDI,  il existe principalement deux types de support pour exécuter les différentes instances de clients Windows. Soit on utilise des stations de travail en lames (Blade PC), soit on les utilise en virtuelles (VM).

 

Les inconvénients

- Dépendance à la connectivité au réseau d’entreprise ou public : Le principal inconvénient est de ne pas pouvoir utiliser son poste en mode déconnecté.VDI

 - La disponibilité. L’accès au poste de travail dépend de la disponibilité des ressources côté Datacenter et des liens d’interconnexion. Il faut donc prévoir des architectures, sécurisées à haute disponibilité (HA) pour la gestion des composants VDI de l’infrastructure et du réseau.

- Arrêt dans le cas de défaillances du réseau, qui peuvent être évitées par l’utilisation d’un système de fichiers en cluster

- La complexité et les coûts élevés du déploiement et de la gestion

 

Les bénéfices :

- Simplification de l’administration du parc de postes de travail par la centralisation des données et allègement des tâches de maintenance (organisation, mise à jour). Côté maintenance, Il est possible de déplacer une machine virtuelle d’un hyperviseur sur un autre pour y réaliser des opérations sans perturber les utilisateurs.

- Accès sécurisé à distance à un environnement de bureau d’entreprise

- Economies d’échelle et consolidation du parc

  - Sécurité (sauvegarde, politique d’accès) facilitée

- Postes de travail exécutés sur des machines serveurs beaucoup plus robustes. Les postes de travail en mode classique ne disposent pas d’éléments de redondance comme on peut le retrouver sur des serveurs (alimentation redondante, disque en RAID, redondance de la mémoire, etc.).

- Facilité et bas coût du déploiement de nouvelles applications

- Green Computing : Economie d’énergie. Un client léger consomme très peu d’énergie par rapport à un PC. Côté Datacenter, il est aussi possible de faire des économies en utilisant des fonctionnalités comme VMware DPM qui permet d’éteindre et d’allumer les serveurs physiques en fonction de la puissance demandé par les machines virtuelles. Le Datacenter s’éteint le week-end et se rallume le lundi, etc.